Des montagnes rugueuses de granit rose superbement éclairées au couchant, des villages fortifiés presque abandonnés, des gorges impressionnantes parsemées d’oasis cachées, des vallées couvertes de cultures en terrasses avec amandiers et arganiers, une population secrète et fière, le massif préservé de l’Anti-Atlas est l’occasion d’un trekking hors des sentiers battus.
Durant ces cinq jours de marche, les impressionnantes barrières granitiques et métamorphiques de l’Anti-Atlas forment un décor saisissant, plus encore au coucher du soleil, lorsque, en quelques minutes, elles passent du jaune orangé au rouge puis au violet foncé. C’est la pierre qui fait la beauté sauvage de ce massif ; la disposition des rochers, leurs structures, les grandes parois, créent des paysages fantastiques. Comme dit le poète, “il faut passer au moins une soirée à Tafraoute et dans ses environs pour voir les jeux de lumière sur la roche qui s’embrase dans les lueurs d’incendie, après avoir épuisé toutes les nuances du rose, de l’ocre, du rouge et du mauve”.
Les hommes, rudes, viscéralement attachés à leurs montagnes, même s’ils ont beaucoup émigré, ont construit de superbes maisons traditionnelles accrochées sur les rochers de granit. Ils reviennent régulièrement au pays, particulièrement au printemps, pour le spectacle unique de la floraison des amandiers. Restée très agreste et authentique, cette région permet de rencontrer une population berbère fidèle à sa culture, où les traditions humaines sont intimement liées à l’espace.
Entre montagnes et désert, un voyage secret et grandiose !